Chapitre 4

Le WWF en bref

DÉCOUVRIR Chapitre 3 : Bilan annuel Télécharger le PDF

Notre gouvernance 

Nos entités 

Le WWF France est une fondation reconnue d’utilité publique avec capacité abritante qui a pour objet de « promouvoir, encourager et assurer la protection et la conservation de la faune et de la flore, des sites, des eaux, des sols et autres ressources naturelles, soit directement, soit indirectement en associant d’autres organismes à la réalisation de ses actions et programmes »

 

 

 

 

 

Sa filiale Panda, Entreprise unipersonnelle à responsabilité limitée, dont la Fondation est l’associée unique, promeut et développe la marque Panda. Cette société a été créée en 1992 avec pour objet de promouvoir toute activité se rapportant à la protection de l’environnement dans le secteur marchand. Ses ressources sont générées par les produits sous licence, les contrats de coopérations techniques, la vente par correspondance et les produits d’édition.

LE CONSEIL D’ADMINISTRATION

Composition

Le fonctionnement de la Fondation est régi par les statuts publiés au JO du 24 décembre 2015, complétés par un règlement intérieur approuvé le 21 mars 2017 par le ministère de l’Intérieur.

La Fondation est administrée par un Conseil d’administration comprenant 9 membres et composé de trois collèges :

• Un collège de trois amis du WWF
• Un collège de trois personnalités qualifiées
• Un collège de trois membres de droit

Au 30 juin 2017, le Conseil d’administration est composé de : 
Isabelle Autissier
, présidente
Hervé de Rocquigny, trésorier
Mathieu Rambaud, secrétaire
Monique Barbut
Antoine Housset
Jean-Paul Paddack
Fabienne Allag-Dhuisme
, représentante du ministère de l’Environnement, de l’Énergie et de la Mer
Philippe Cannard, représentant du ministère de l’Intérieur
Jean-Paul Holz, représentant du ministère de l’Économie et des Finances

Le commissaire aux comptes est invité à participer à chaque Conseil d’administration.

Attributions et rôles du Conseil d’administration

• Il arrête le programme de la Fondation.
• Il adopte le rapport qui lui est présenté annuellement par le bureau sur la situation morale et financière de l’établissement.
• Il vote, sur proposition du bureau, le budget et ses modifications, ainsi que les prévisions en matière de personnel.
• Il reçoit, discute et approuve les comptes de l’exercice clos qui lui sont présentés par le trésorier.
• Il adopte, sur proposition du bureau, le règlement intérieur.
• Il accepte les donations et les legs et en affecte les produits, en dehors de la gestion courante, les acquisitions et cessions de biens mobiliers et immobiliers, les marchés, les baux et les contrats de location, la constitution d’hypothèques et les emprunts ainsi que les cautions et garanties accordées au nom de la Fondation.
• Il désigne un ou plusieurs commissaires aux comptes.
• Il fixe les conditions de recrutement et de rémunération du personnel.
• Il est tenu informé par le Président de tout projet de convention engageant la Fondation et délibère sur les conventions réglementées.
• Il décide de la création des fondations et des fonds sans dotations placés sous l’égide de la Fondation.

Au cours de l’exercice, le Conseil d’administration s’est réuni quatre fois.

LE BUREAU

Le Président du Conseil d’administration, le Trésorier et le Secrétaire constituent le Bureau de la Fondation. Le Président du Comité d’audit et le Directeur général sont également invités aux réunions qui se tiennent cinq à six fois par an.

Le Bureau instruit les affaires soumises au Conseil d’administration et pourvoit à l’exécution de ses délibérations. Il dispose d’une délégation permanente du Conseil d’administration pour les cessions et acquisitions de biens mobiliers et immobiliers, ainsi que pour l’acceptation et l’affectation des donations et des legs.

 

 

 

LE COMITÉ D'AUDIT

Au cours de l’exercice, le Conseil d’administration a décidé de créer un Comité d’audit ayant pour missions principales de :
• Veiller au bon fonctionnement du contrôle interne relatif au processus d’élaboration de l’information comptable et financière.
• Apprécier l’efficacité des systèmes de contrôle interne et de gestion des risques (financiers et non financiers) mis en place par la direction.
• Recommander le choix du commissaire aux comptes, évaluer chaque année l’indépendance du commissaire aux comptes, examiner le plan d’audit que ce dernier met en œuvre, en vérifier la bonne exécution et examiner la pertinence des recommandations.

Dans ce contexte, le Comité examine les comptes annuels ou semestriels et suit les orientations budgétaires, la planification à trois ans et les investissements. Il s’assure de la pertinence et de la permanence des méthodes comptables adoptées pour l’établissement de ces comptes. Il vérifie que les procédures internes de collecte et de contrôle des informations garantissent celles-ci (notamment fiabilité des processus et validité des méthodes choisies). Il s’assure également de la mise en place et du bon fonctionnement d’une procédure de gestion des risques adaptée au contexte de la Fondation.

Il revoit avec les commissaires aux comptes le plan annuel de leur mission et sa restitution aux instances clés de la Fondation (management et Conseil d’administration). Il décide des missions de contrôle à mener par les commissaires aux comptes ou par un expert ad hoc. Il veille à définir un programme de travail compatible avec les moyens dont dispose la Fondation et hiérarchise ses priorités en liaison avec le Conseil d’administration et le management.

Chaque fois que nécessaire, et a minima une fois par an, le Comité présente un rapport au Conseil d’administration sur les sujets traités et émet des recommandations.

Le Comité d’audit est présidé par Antoine Housset, administrateur, et se réunit quatre fois par an :

  • Isabelle Autissier, présidente du Conseil d’administration
  • Hervé de Rocquigny, trésorier
  • Christian Alibay, personnalité qualifiée
  • Le commissaire aux comptes

 

LE COMEX (au 30 juin 2017)

Le Directeur de la fondation est nommé par le Président, après avis du Conseil d’Administration. Le Directeur général dirige les services de fondation et en assure le fonctionnement. Le Conseil d’Administration délègue au Directeur général la mise en oeuvre de la stratégie et la gestion quotidienne de la fondation. Le Comex se réunit chaque semaine autour du Directeur général afin d’assurer le pilotage des activités de la fondation dans le cadre de la stratégie et des objectifs définis.

Transparence de la gestion

Depuis 2004 (changement de forme juridique), les comptes sociaux de la Fondation sont audités et certifiés chaque année par nos commissaires aux comptes, approuvés par le Conseil d’administration, et déposés auprès de la préfecture de Paris. Ils sont disponibles sur notre site Internet et comprennent les comptes (bilan, compte de résultat, annexe intégrant le compte d’emploi des ressources) ainsi que le rapport de gestion et le rapport du commissaire aux comptes.

Le rapport d’activité est à la disposition du public dans son intégralité sur le site

www.wwf.fr

NOTRE CAPACITÉ D'ACTION

L’exercice 2015/2016 a été marqué par l’adoption de la nouvelle stratégie « Biodiversité et Soutenabilité 2020 » dont le déploiement est progressif sur quatre années. Les objectifs ambitieux de notre feuille de route impliquent prudence et vigilance quant à la qualité des programmes à financer. Seuls les programmes entrant pleinement dans notre stratégie programmatique sont éligibles. Ainsi, durant l’exercice 2016/2017, ce sont 11 millions d’euros qui ont été consacrés aux missions sociales du WWF (mise en œuvre de programmes et sensibilisation du public) dont les impacts et résultats sont exposés dans ce rapport.

Le résultat du déploiement de notre stratégie de conservation, la volonté de rester prudent et vigilant quant à la qualité des projets à financer ainsi que la rigueur et la prudence dans la gestion et l’utilisation des ressoursces collectées ont permis de dégager un excédent de 4,9 millions d’euros. Cet excédent offre au WWF France une capacité de mobilisation de fonds et de réaction en temps réel en renforçant ses leviers d’action et ses actions sur le terrain : sensibilisation, travail d’influence, démarche transformationnelle auprès des entreprises. Les fonds qui ne seront pas engagés, cette année, formeront une base solide pour couvrir nos missions sociales sur la période du 1er juillet 2017 au 30 juin 2018 (FY18).

 

NOS COMPTES

COMPTE EMPLOIS/RESSOURCES (01/07/2016-30/06/2017)

Les règles de construction du CER sont décrites dans les comptes annuels du WWF France qui sont accessibles et téléchargeables sur le site de la Fondation (www.wwf.fr). Vous trouverez aussi sur notre site le rapport de gestion qui apporte davantage de détails quant à la lecture comptable et financière des comptes.

1. Les missions sociales s’élèvent à 11 104 k€ et intègrent les projets environnementaux pilotés par le WWF France ou ses partenaires (dont le WWF international) à hauteur de 68% (contre 66% l’année dernière). On y retrouve aussi des dépenses de sensibilisation du public à hauteur de 32% (contre 34% l’année dernière).

2. Les frais de recherche de fonds regroupent les investissements menés afin de mobiliser des fonds pour les actions du WWF et de garantir son indépendance financière. Ils s’élèvent à 27% du total de ses dépenses. D’un montant de 4,7 M€, ils représentent 32% des ressources collectées auprès du public.

3. Enfin, les frais de fonctionnement de l’exercice, hors frais exceptionnels couverts par la reprise de provision, s’élèvent à 7% du total des dépenses. Ceux-ci intègrent principalement les emplois relatifs au département secrétariat général (finances, ressources humaines, moyens généraux), et une quote-part des redevances versées au WWF international.

EMPLOI DE L'EXERCICE (EN €)

EMPLOIS DE 2016/2017 = COMPTE DE RÉSULTAT (1)

AFFECTATION PAR EMPLOIS DES RESSOURCES COLLECTÉES AUPRÈS DU PUBLIC UTILISÉES SUR 2016/2017 (3)

1 - MISSIONS SOCIALES

11 104 205

5 638 759

1.1 Réalisées en France

8 613 459

 

- Actions réalisées directement

7 801 835

 

- Versements à d’autres organismes agissant en France

811 624

 

1.2 Réalisées à l’étranger

2  490 748

 

Actions réalisées directement

0

 

- Versements à un organisme central ou d’autres organismes

2 490 746

 

2 - FRAIS DE RECHERCHE DE FONDS

5 465 419

4 713 789

2.1 Frais d’appel à la générosité du public

5 003 690

 

2.2 Frais de recherche des autres fonds privés

381 993

 

2.3 Charges liées à la recherche de subventions et autres concours publics

79 736

 

3 - FRAIS DE FONCTIONNEMENT

2 766 158

990 805

3-1 - FRAIS DE FONCTIONNEMENT de l’exercice

1 203 692

 

3-2 - FRAIS DE FONCTIONNEMENT exceptionnels

1 562 466

 

I - TOTAL DES EMPLOIS DE L’EXERCICE INSCRITS AU C R

19 335 783

11 343 353

II - DOTATIONS AUX PROVISIONS

24 606

 

III - ENGAGEMENTS A RÉALISER SUR RESSOURCES AFFECTÉES

1 128 773

 

IV - EXCÉDENT DE RESSOURCES DE L’EXERCICE

4 932 780

 

V - TOTAL GÉNÉRAL

25 421 780

 

VI- Part des acquisitions d’immobilisations brutes de l’exercice financées par les ressources collectées auprès du public

 

-

VII- Neutralisation des dotations aux amortissements des immobilisations financées à compter de la première application du règlement par les ressources collectées auprès du public

 

-

VIII- Total des emplois financés par les ressources collectées auprès du public

 

11 343 353

ÉVALUATION DES CONTRIBUTIONS VOLONTAIRES EN NATURE

 

 

Dépenses opérationnelles

123 388

 

Frais de recherche de fonds

 

Frais de fonctionnement et autres charges

25 064

 

TOTAL

153 452

 

 

Les ressources issues de la générosité du public passent de 12 902 k€ à 14 802 k€ (+15%) notamment grâce à la hausse des legs (2 691 k€ au 30/06/2017 contre 1 092 k€ au 30/06/2016).
Les reprises sur provisions sont à rapprocher des frais de fonctionnement exceptionnels résultant de la dissolution de la SAS du Domaine de Longchamp mentionnée dans le rapport d’activité et le rapport de gestion 2015/2016.
Les ressources affectées à des projets au cours des exercices précédents, et finançant des projets qui se sont déroulés durant l’exercice 30/06/2017, ont été mobilisées sur cet exercice à hauteur de 1 368 k€ (dont 609 k€ issues de la générosité du public).
Les ressources affectées à des projets au cours de cet exercice, et liées à des engagements à réaliser au cours des exercices ultérieurs, s’élèvent à 1 129 k€ (dont 141 k€ issues de la générosité du public).
Les projets concernés sont détaillés dans les comptes annuels de la Fondation.

De ce fait la variation des fonds dédiés liée à la générosité du public s’élèvent à 468 k€.

 

RESSOURCES DE L'EXCERCICE (EN €)

EMPLOIS COLLECTÉS SUR 2016/2017 = COMPTE DE RÉSULTAT (2)

SUIVI DES RESSOURECES COLLECTÉES AUPRÈS DU PUBLIC UTILISÉES SUR 2016/2017 (4)

REPORT DES RESSOURCES COLLECTÉES AUPRÈS DU PUBLIC NON AFFECTÉES ET NON UTILISÉES EN DÉBUT D'EXERCICE
1 - RESSOURCES COLLECTÉES AUPRÈS DU PUBLIC

 

14 801 694

3 038 356

14 801 694

1.1 Dons et legs collectés

8 613 459

 

- Dons manuels non affectés

11 840 048

11 840 048

- Dons manuels affectés

263 578

263 578

- Legs et autres libéralités non affectés

2 690 119

2 690 119

- Legs et autres libéralités affectés

-

-

- Versements à un organisme central ou d’autres organismes

2 490 746

 

1.2 Autres produits liés à l'appel à la générosité du public

7 949

2 - AUTRES FONDS PRIVÉS

5 868 903

 

3 - SUBVENTIONS & AUTRES CONCOURS PUBLICS

1 327 173

 

4 - AUTRES PRODUITS

774 766

 

I - TOTAL DES EMPLOIS DE L’EXERCICE INSCRITS AU C R

22 772 534

 

II - REPRISE DES PROVISIONS

1 281 048

 

III - REPORT DES RESSOURCES AFFECTÉES NON UTILISÉES DES EXERCICES ANTÉRIEURS

1 368 359

 

IV - INSUFFISANCE DE RESSOURCES DE L'EXERCICE

 

-467 518

VI - TOTAL GÉNÉRAL

25 421 941

14 334 176

VI - Total des emplois financés par les ressources collectées auprès du public

 

11 343 353

SOLDE DES RESSOURCES COLLECTÉES AUPRÈS DU PUBLIC NON AFFECTÉES ET NON UTILISÉES EN FIN D'EXERCICE

 

6 029 179

 

 

 

ÉVALUTATION DES CONTRIBUTIONS VOLONTAIRES EN NATURE

 

 

Bénévolat

153 452

 

Prestations en nature

 

 

Dons en nature

 

 

TOTAL

153 452

DÉCOMPOSITION DES EMPLOIS DE LA FONDATION

EMPLOI DE L'EXERCICE (EN €)

EMPLOIS DE 2016/2017 = COMPTE DE RÉSULTAT (1)

AFFECTATION PAR EMPLOIS DES RESSOURCES COLLECTÉES AUPRÈS DU PUBLIC UTILISÉES SUR 2016/2017 (3)

1 - MISSIONS SOCIALES *

11 104 205

5 638 759

1.1 Réalisées en France **

8 613 459

 

- Actions réalisées directement

7 801 835

 

- Versements à d’autres organismes agissant en France

811 624

 

1.2 Réalisées à l’étranger ***

2  490 748

 

Actions réalisées directement

0

 

- Versements à un organisme central ou d’autres organismes

2 490 746

 

2 - FRAIS DE RECHERCHE DE FONDS

5 465 419

4 713 789

2.1 Frais d’appel à la générosité du public

5 003 690

 

2.2 Frais de recherche des autres fonds privés

381 993

 

2.3 Charges liées à la recherche de subventions et autres concours publics

79 736

 

3 - FRAIS DE FONCTIONNEMENT

2 766 158

990 805

3-1 - FRAIS DE FONCTIONNEMENT de l’exercice

1 203 692

 

3-2 - FRAIS DE FONCTIONNEMENT exceptionnels

1 562 466

 

I - TOTAL DES EMPLOIS DE L’EXERCICE INSCRITS AU C R

19 335 783

11 343 353

II - DOTATIONS AUX PROVISIONS

24 606

 

III - ENGAGEMENTS A RÉALISER SUR RESSOURCES AFFECTÉES

1 128 773

 

IV - EXCÉDENT DE RESSOURCES DE L’EXERCICE

4 932 780

 

V - TOTAL GÉNÉRAL

25 421 780

 

 

Missions sociales (1) : Elles regroupent l’ensemble des actions du WWF destinées à freiner la dégradation de l’environnement naturel de la planète: programmes, démarche de sensibilisation, soutien des actions du réseau.
** Réalisées en France (1.1.) : Il s’agit des actions pilotées par le WWF France, qu’elles se déroulent en France (métropole et outre-mer) ou à l’étranger. Ce poste intègre aussi les actions en France pilotées par d’autres partenaires.
*** Réalisées à l’étranger (1.2.) : Regroupe l’intégralité des versements destinés à soutenir les organisations de défense de la planète à l’étranger. Ce poste inclut les redevances versées au WWF international (programme et network).

 

RÉPARTITION DES MISSIONS SOCIALES

~graph7~

DÉCOMPOSITION DES RESSOURCES DE LA FONDATION

 

RESSOURCES DE L’EXERCICE (EN €)

Ressources collectées sur 2016/2017 = Compte de résultat (2)

Suivi des ressources collectées auprès du public et utilisées sur 2016/2017 (4)

REPORT DES RESSOURCES COLLECTÉES AUPRÈS DU PUBLIC NON AFFECTÉ ET NON UTILISÉ EN DÉBUT D’EXERCICE

 

3 038 356

1 - RESSOURCES COLLECTÉES AUPRÈS DU PUBLIC

14 801 694

14 801 694

1.1 Dons et legs collectés

 

 

- Dons manuels non affectés

11 840 048

11 840 048

- Dons manuels affectés

263 573

263 573

- Legs et autres libéralités non affectés

2 690 119

2 690 119

- Legs et autres libéralités affectés

-

-

1.2 Autres produits liés à l’appel à la générosité du public *

7 949

7 949

2 - AUTRES FONDS PRIVÉS **

5 868 903

 

3 - SUBVENTIONS & AUTRES CONCOURS PUBLICS ***

1 327 173

 

4 - AUTRES PRODUITS ****

774 766

 

TOTAL DES RESSOURCES DE L’EXERCICE INSCRITES AU C R

22 772 534

 

 

* Autres produits liés à l’appel à la GEN (1.2.) : ce sont les produits liés à la générosité du public qui n’ont pas été affectés dans les autres rubriques. Cette année, le poste est constitué de revenus financiers liés aux placements de revenus issus de la générosité du public.
** Autres fonds privés (2.) : ils sont constitués par les ressources provenant d’entreprises ou fondations d’entreprises.
*** Subventions et autres concours publics (3.) : subventions d’exploitation reçues d’administrations publiques.
**** Autres produits (4.) : autre produits perçus par la Fondation non rattachés à une autre rubrique. Il s’agit principalement des refacturations à sa filiale (Eurl PANDA) et de produits exceptionnels, essentiellement les quotes-parts de subvention d’investissement.

 

DÉCOMPOSITION DES RESSOURCES DE LA FONDATION

~graph4~

MERCI

Grâce à votre soutien, les ressources de la Fondation s’élèvent cette année à 22,7 M€. Elles sont notamment marquées par la hausse des legs reçus, qui passent de 1 M€ à 2,7 M€. 

Dans sa volonté permanente de délivrer une information financière toujours plus précise tout en restant en accord avec la réglementation en vigueur, le WWF a adapté, cette année, ses règles d’affectation des dépenses de sensibilisation aux usages du secteur. La sollicitation du public comprend toujours une part de sensibilisation. Cette année, les dépenses totales de sollicitation et de sensibilisation pilotées par le département en charge de la générosité du public ont été affectées à 23% en dépenses de sensibilisation et à 77 % en frais de collecte contre, respectivement, 64% et 36% en 2016. La Fondation reste convaincue que les défis écologiques auxquels l’humanité est confrontée doivent être de mieux en mieux compris, notamment grâce aux messages diffusés auprès de ses publics. Les causes qu’elle défend, moins immédiatement perceptibles et médiatisées que d’autres causes, nécessitent des démarches particulières de sensibilisation. Faire connaître ses actions, c’est partager ses combats, c’est impliquer ses donateurs ou ses sympathisants pour qu’ils agissent au quotidien, tant par leurs actions que par leurs dons.

Notre siège

Cet été, nous quitterons le bois de Boulogne pour emménager au Pré Saint-Gervais. Un immense chantier a été lancé pour transformer une ancienne usine de mobylettes MBK en bâtiment à basse consommation et à haute qualité environnementale. Vitrine de notre ambition et des modes de vie que nous prônons, ces nouveaux locaux ont été réhabilités suivant les recommandations « One Planet Living » du WWF. Accompagné par la société Aktis Partners, le WWF France a choisi de réhabiliter un ancien bâtiment industriel au Pré-Saint-Gervais (Seine-Saint-Denis) pour installer son nouveau siège. C’est l’entreprise Rabot Dutilleul Construction qui a été sélectionnée par appel d’offres pour mener le chantier sur des plans de l’architecte Lucie Niney. 

 

En tant que fondation d’utilité publique, nous sommes soumis à l’obligation de conserver un certain niveau de fonds propres qui peuvent être matérialisés soit par des disponibilités de trésorerie, soit par un actif immobilisé Notre bail arrivant à échéance, nous avons fait le choix d’utiliser la dotation initiale de la fondation apportée par notre co-fondateur Luc Hoffmann pour acquérir des locaux afin de concilier notre besoin de nous agrandir et notre souhait de mettre nos principes en application via un projet de réhabilitation écologique ambitieux. 

Récupération des eaux de pluie, panneaux solaires, agriculture urbaine en toiture, tri sélectif très pointu... La fondation WWF souhaitait avant tout construire un siège à l’image de ses actions et visait, via son projet, plusieurs objectifs : une certification HQE (Haute Qualité Environnementale) au niveau « excellent » ; le label Effinergie (basé sur la performance énergétique du bâtiment, avec, pour la partie rénovée, un gain de 40% sur la consommation en énergie primaire par rapport à un bâtiment conventionnel) et une labellisation « biodivercity ». Cette dernière consiste à favoriser la biodiversité (hôtels à insectes, nichoirs...), à faciliter l’intégration d’espèces végétales locales et adaptées au sein des aménagements paysagers du projet. L’ensemble de ces éléments trouveront par ailleurs leur place sur la toiture « sauvage » prévue sur les terrasses des bureaux, non loin des zones de potager réservées aux salariés. 

Le premier critère pour le choix du nouveau siège était de ne pas construire de bâtiment neuf mais de réhabiliter des locaux existants. Le site de 2 200 mètres carrés de la rue Baudin au Pré-Saint-Gervais était l’usine historique des mobylettes MBK avant d’héberger une entreprise d’isolation phonique. Nous nous sommes demandé quels matériaux pouvaient être valorisés et réemployés sur le site en les substituant aux matériaux neufs afin de limiter au maximum l’impact environnemental, et plus spécifiquement l’impact carbone du chantier. La mémoire industrielle du site a donc été conservée en gardant les poutres, les murs en briques et les grilles d’ascenseurs. Sur le toit, un potager urbain, géré par des acteurs du territoire, permettra de produire des aliments pour les salariés, mais aussi pour le voisinage. 

Outre la rénovation de l’immeuble, la vie quotidienne en son sein sera rythmée par ce souci permanent d’atténuer notre empreinte carbone. Ainsi, un système de récupération et de stockage des eaux pluviales a été installé pour l’arrosage des jardins et les chasses d’eau des sanitaires. Le tri des déchets sera strictement encadré et organisé selon leur nature afin de maximiser le rendement de leur recyclage. Enfin, l’immeuble est équipé afin que la chaleur dégagée par les serveurs informatiques soit récupérée pour préchauffer l’air des espaces de vie, permettant ainsi de réduire considérablement l’énergie consommée pour le chauffage. 

Le WWF, qui devrait devenir le premier ou le deuxième employeur privé de la ville selon la mairie, compte bien s’insérer dans le tissu local. Un espace de travail partagé d’une dizaine de postes sera notamment dédié à des intervenants extérieurs comme des start-up de l’économie sociale et solidaire d’Est Ensemble.

Crédits et remerciements

EDITO

 

NOS TEMPS FORTS

 

NOS FEUILLE DE ROUTE

BILAN ANNUEL

 

LE WWF EN BREF