La française des jeux COP 21 2CTROP March4Me La méditerranée au bord du burn-out Le patrimoine mondial de l’UNESCO 25 entreprises françaises Earth Hour Paris 2024 Creative Awards Pandathlon Reconquête de la biodiversité
Chapitre 2

Nos temps forts

DÉCOUVRIR Chapitre 1 : Vivre en harmonie avec la nature Chapitre 3 : Bilan annuel

La française des jeux

La française des jeux soutient les projets du wwf france

1er jeu de grattage solidaire au profit de l'environnement

 

Le 5 novembre 2015, à la veille de la COP21, la Française des Jeux, loterie nationale, lance l’opération « Jouons solidaires pour un monde meilleur » : le premier jeu de grattage au profit de l’environnement.

La règle du jeu est simple : pour une mise de 3 €, chaque ticket à gratter de ce jeu éphémère permet de remporter jusqu’à 30 000 € et 4% du montant des ventes est reversé au WWF France pour financer une dizaine de projets visant à lutter contre le changement climatique et à préserver la biodiversité.

Au final, ce sont plus de 2 400 000 € qui ont été redistribués au WWF France afin de contribuer au financement d’actions de terrain.

COP 21

COP 21

Ensemble pour le climat

Du 30 novembre au 12 décembre 2015, Paris a accueilli la 21e conférence sur le climat des Nations unies (COP21). Le WWF France s’est mobilisé afin qu’il débouche sur un accord suffisamment robuste pour maintenir le thermomètre mondial sous la barre des 2°C

Afin que la COP21 aboutisse à un accord international ambitieux pour l’après 2020, le WWF s’est efforcé de mobiliser l’ensemble des acteurs : les décideurs bien entendu, qu’il s’agisse des gouvernements ou des entreprises, mais aussi les citoyens qui, en se regroupant, sont en mesure de peser sur les choix politiques et économiques pour plus d’ambition climatique.

2CTROP

2° c’est déjà trop

une campagne-choc sur l’urgence climatique

BILAN AFFICHAGE

245 mobiliers dans les gares

600 affiches métro

BILAN COLLECTE

20 000 pétitionnaires

+ de 400 000 € de dons ponctuels

A l’approche de la COP 21, le WWF France a appellé à agir face à l’urgence climatique avec une campagne signée Publicis Nurun. Cette campagne multicanale (affichage, campagne presse, dispositif digital d’engagement et film TV) explique que sans passage à l’action, la sixième extinction de masse deviendra réalité.Le film d’animation au traité japonisant met en scène un éléphant, un ours polaire, une girafe et d’autres animaux emblématiques menacés de disparition sous la montée du mercure. Progressivement, cette montée du mercure met aussi en péril les habitants des villes, montrant ainsi l’élargissement du péril à toute l’Humanité.

Lors de la COP 21, les dirigeants du monde ont une opportunité unique : limiter le réchauffement climatique en dessous de 2 degrés. Mais 2 degrés c’est déjà trop.

Agissons ensemble.

2 degrés c'est déjà trop #2CTROP

March4Me

March4me

L'alternative digitale à la marche interdite

Suite aux attentats du 13 novembre à paris, la Marche mondiale pour le climat qui devait avoir lieu dans les rues de Paris, le dimanche 29 novembre, est annulée. La riposte du monde associatif ne se fait pas attendre.

Dans le cadre de la Coalition Climat 21, France Nature Environnement, la Fondation Nicolas Hulot pour la Nature et l’Homme, Greenpeace et le WWF lancent March4me.org. (« Marche pour moi »). Réalisé en quelques jours seulement, ce dispositif inédit, soutenu par Facebook, met en relation des Français qui auraient aimé marcher à Paris et dans certaines grandes villes, avec tous ceux qui marcheront en Amérique, en Afrique, en Asie, en Europe...

D’un côté, un marcheur “empêché” s’inscrit sur la plateforme en téléchargeant sa photo et en mentionnant son nom, de l’autre, un citoyen “IMarch4U”, venu d’un autre pays, s’engage à le représenter en défilant pour lui dans l’une des 57 marches organisées dans le monde.

Des personnalités artistiques telles que Thomas Dutronc, Angunn, Nolwen Leroy, Audrey Dana et Mélanie Laurent, accompagnées du monde des ONG telles que Nicolas Hulot, Isabelle Autissier et Jean- François Julliard ont apporté leur soutien au travers d’une vidéo d’appel à action.

« En réponse aux attentats et à l’interdiction de défiler qui en a découlé, March4Me a su proposer une alternative digitale à la marche pour le climat. Cette initiative, mise sur pied en un temps record, a surtout montré qu’en additionnant nos forces, au-delà des organisations et des frontières, nous pouvons faire preuve de créativité même dans l’adversité, et ainsi oeuvrer ensemble dans la lutte contre le dérèglement climatique. »

Michael Neveu, Chargé de communication digitale au WWF France

Voulez-vous marcher pour moi?

Un accord historique pour le climat

10 communiqués de presse

19 conférences, briefs, points presse

9 déclarations ou réactions

7 position papers

1 compte Twitter dédié à la presse

Le 12 décembre 2015, la 21ème conférence des Parties de la Convention-cadre des Nations unies sur les Changements climatiques (CCNUCC) s’est conclue sur un accord climatique universel historique après deux semaines de négociations et quatre ans de préparation.

Cet accord qui entrera en vigueur en 2020 est accompagné de décisions et d’un cadre pour l’action avant 2020.

Pour le WWF, cet accord peut marquer une étape majeure de plus dans l’engagement mondial contre le dérèglement climatique.

Pour la première fois, 195 pays se sont fixé l’ambition de poursuivre la limite des 1.5°C d’ici la fin du siècle – une ligne de survie pour les plus vulnérables. Pour tenir cet engagement, les pays tiennent avec l’accord de Paris un bon cadre de travail universel.Le WWF appelle maintenant à ce qu’ils se mobilisent sur des plans d’action rapides, solides et à la hauteur pour l’alimenter.

La méditerranée au bord du burn-out

LA MÉDITERRANÉE AU BORD DU BURN-OUT

Un rapport inédit sur les menaces qui pèsent sur la grande bleue

 

Le 19 janvier dernier, le WWF a publié une étude portant sur l’avenir de la Grande bleue. Son rapport MedTrends, couvrant les eaux territoriales de 8 pays européens, est le premier à analyser le développement de dix secteurs économiques clés et à se projeter dans une quinzaine d’années.

Les chiffres parlent d’eux-mêmes : 200 millions de touristes supplémentaires par rapport à 2011 et une augmentation de la production d’aquaculture de 112 % d’ici 2030.

L’étude MedTrends révèle une cartographie inédite de l’ensemble des zones ouvertes à l’exploration d’hydrocarbures : 20 % de sa surface sont déjà ouverts aux permis de recherche d’hydrocarbures et 20 % supplémentaires risquent fort de s’y ajouter. En bref, si les tendances actuelles se poursuivent, en 2030, la Grande bleue, plus vaste mer semi-fermée au monde, sera en burn-out !

« Aujourd’hui, la multiplication et la croissance des activités économiques sur cette zone s’apparentent à un véritable Far West. Nous ne pourrons éviter l’implosion, soutenir nos économies nationales et promouvoir une économie bleue qu’à travers une gestion intégrée de l’espace marin. ».

Pascal Canfin, Directeur général du WWF France

Le patrimoine mondial de l’UNESCO

PROTÉGER LES SITES DU PATRIMOINE MONDIAL DE L’UNESCO

Une campagne pour sauver notre héritage commun

Selon le rapport Protéger les hommes en préservant la nature : les sites du patrimoine mondial comme moteurs d’un développement soutenable , 114 des 229 sites naturels et mixtes inscrits au Patrimoine mondial sont menacés par des activités industrielles néfastes. Or, plus de onze millions de personnes, l’équivalent de la population du Portugal, dépendent des 114 sites menacés pour subvenir à leurs besoins, se loger, se soigner, travailler.

C’est pourquoi le WWF exhorte les gouvernements à proscrire toute activité industrielle pouvant avoir un impact négatif sur la valeur universelle des sites du patrimoine de l’UNESCO. De même, le WWF appelle le secteur privé à prendre ses responsabilités : les entreprises doivent renoncer à exercer toute activité susceptible de dégrader les sites du Patrimoine mondial et les investisseurs cesser de financer tout projet ou toute entreprise néfaste.

« Les sites inscrits au Patrimoine mondial occupent 0,5 % de la surface de la Terre. La beauté et la richesse des paysages naturels et de la biodiversité qu’ils abritent en font les joyaux de la couronne. Si nous ne sommes pas capables de protéger cette toute petite partie de notre planète, qui peut penser que nous serons capables de protéger le reste ? Le temps est venu de reconquérir notre capital naturel qui est la base de notre économie, car il n’y a pas d’un côté les enjeux de la biodiversité et d’un autre les enjeux économiques. »

Pascal Canfin, Directeur général du WWF France

25 entreprises françaises

LES 25 ENTREPRISES QUI IMPACTENT LE PLUS LA BIODIVERSITÉ

La liste des acteurs économiques français qui pèsent le plus sur les écosystèmes du monde

Pour la première fois, en avril dernier, le WWF France a révélé la liste des 25 entreprises françaises qui, à travers leurs chaînes d’approvisionnement, impactent le plus fortement les écosystèmes dans le monde.

Cette liste est le résultat des travaux menés depuis 2010 à l’échelle internationale par le WWF dans le cadre de l’Initiative globale de transformation des marchés qui porte sur 16 matières premières dont les modes d’exploitation menacent directement 35 écorégions prioritaires (Amazonie, Bassin du Congo, Borneo et Sumatra, Triangle du Corail…).

« Les entreprises françaises sont des championnes mondiales dans des domaines clés qui impactent les écosystèmes. Elles figurent parmi les premiers acheteurs d’huile de palme, de soja, de coton, de bois tropicaux... Elles ont donc une responsabilité particulière. Si elles font partie du problème, elles font aussi partie de la solution. Elles doivent agir maintenant ! »

Pascal Canfin, Directeur général du WWF France

Découvrir la liste

Earth Hour

EARTH HOUR

10 ans de mobilisation pour le climat

Trois mois après la COP21, Earth Hour 2016 a été célébré à travers sept continents. Un SUFFRAGE sans précédent pour cette 10ème édition qui démontre la détermination de la planète à faire face à son plus grand défi environnemental.

À Paris, Pascal Canfin, Directeur général du WWF France et Anne Hidalgo, Maire de Paris, ont éteint la tour Eiffel en présence de Ségolène Royal, ministre de l’Environnement, de l’Énergie et de la Mer, chargée des Relations internationales sur le climat. Les internautes ont quant à eux déjà éteint près de 10 000 ampoules de la tour Eiffel digitale sur le site https:// earthhour.paris/

À Lyon, plus de 2 000 personnes sont venues à la rencontre des équipes du WWF place de la République et ont pu participer aux activités de sensibilisation proposées sur l’empreinte écologique des citoyens. Les vélos jukebox, défi carbone et vélo-cinéma ont connu un beau succès.

En Guyane, même la Station Spatiale Internationale était mobilisée aux côtés des citoyens. Earth Hour a en effet été l’occasion pour petits et grands de se dépenser en participant à une chorégraphie géante : la « zumba du climat » ! D’autres activités ludiques ont également été organisées et la Mairie de Cayenne ainsi que la Collectivité territoriale de Guyane ont aussi éteint leurs lumières en signe de soutien.

En Nouvelle-Calédonie, les communes de Nouméa, Mont- Dore, Dumbéa et Bourail ont joué le jeu de l’extinction. Place des cocotiers à Nouméa, près d’un millier de personnes sont venues visiter le «Village des Solutions» et baigner dans l’ambiance festive d’Earth Hour créée par les nombreux artistes, plasticiens, comédiens, slameurs et musiciens mobilisés pour la cause.

Paris 2024

Paris 2024

Des Jeux olympiques à impact environnemental positif

En mai dernier, le Comité de Candidature Paris 2024 a signé un partenariat stratégique avec le WWF France parce que cette grande rencontre sportive, par l’émotion qu’elle suscite, constitue une opportunité unique de transformer les territoires, de changer les comportements et d’impliquer le plus grand nombre dans une démarche responsable.

L’ambition de cette collaboration est de proposer des Jeux qui, en accélérant la transition écologique des territoires, changent positivement le quotidien des Français. Cela nécessite en premier lieu la création d’infrastructures qui répondent à des besoins de long terme et pas seulement aux besoins de l’événement.

Isabelle Autissier préside le Comité d’Excellence Environnementale, composé de 24 personnalités qualifiées (scientifiques, représentants d’associations et d’ONG, athlètes, entrepreneurs), toutes engagées en faveur de l’environnement.

En parallèle, le WWF France apporte toute son expérience dans la définition de la stratégie d’excellence environnementale de Paris 2024, afin que les Jeux constituent un projet soutenable au profit de la transition énergétique et écologique des territoires et de ses habitants. Le WWF est notamment mobilisé au sein des groupes de travail à l’occasion de l’élaboration de la stratégie de candidature, veillant à ce que cette dernière porte à la fois sur l’éco conception des constructions nouvelles, l’éco-rénovation des infrastructures existantes et l’éco-gestion des jeux en eux-mêmes.

« Le développement durable est depuis le début de notre engagement au coeur de notre projet. Ce n’est pas un objectif, c’est l’ADN même de la candidature que nous construisons avec les athlètes, nos partenaires et l’ensemble des Français dans le cadre de la concertation ».

Tony Estanguet , Coprésident du Comité de candidature Paris 2024

Creative Awards

CREATIVE AWARDS

Du crowdsourcing publicitaire pour mobiliser les 18-25 ans

Pour la seconde année consécutive, le WWF France a été le bénéficiaire des Creative Awards.

En 2014, l’imprimeur en ligne Saxoprint crée un concours de publicité ouvert aux étudiants en école de graphisme et aux free lance afin de récompenser les meilleures créations illustrant une cause.

En 2015, la thématique de la 1ère édition était la mobilisation de la jeunesse dans la lutte contre le réchauffement climatique. En réinterprétant le célèbre tableau d’Eugène Delacroix La Liberté guidant le peuple (1831), PandaRévolution de Pierre Gaudoin et Céline Lentz avait suscité un fort intérêt dans les médias internationaux. Ce visuel très puissant, appelant à la mobilisation de tous pour la lutte contre le réchauffement climatique, a été largement affiché dans le métro parisien et s’est progressivement imposé comme l’une des représentations iconiques de la COP 21.

En septembre, c’est l’ensemble de la sélection des Creative Awards qui a fait l’objet d’une exposition dans l’orangerie du Sénat, suivie en décembre par par une exposition pédagogique sur le changement climatique au Préau Saint Michel dans le jardin de Luxembourg.

Le thème de la seconde édition était la protection des océans avec pour signature publicitaire « Protéger les océans, c’est sauver notre planète ». Le succès de la première édition s’est confirmé puisque plus de 932 visuels ont été reçus.

Présidé par Olivier Altmann, un des grands noms de la publicité française, le jury composé par une dizaine de professionnels des médias et de la communication a sélectionné 5 créations jugées particulièrement réussies. Réalisé par Jean-Philippe Barray et Pierre Digommet, Bateau Balle rappelle qu’avec un poisson capturé sur cinq, la pêche illégale représente une activité qui met en péril tant les ressources halieutiques que les pêcheurs eux-mêmes.

Pandathlon

7ème ÉDITION DU PANDATHLON

La nature reprend ses droits au Mont-Lachat

En juin dernier, près de 350 participants ont relevé le défi sportif du Pandathlon, contribuant à la réhabilitation du Mont-Lachat, joyau de biodiversité au coeur du mont Blanc.

Cela fait 7 ans que le WWF organise chaque année le Pandathlon, une aventure sportive, solidaire et festive dont l’enjeu est de collecter des dons pour la mise en œuvre concrète d’un projet environnemental en France. Après trois éditions au Mont Ventoux, c’est au cœur du massif du Mont-Blanc que le Pandathlon a lieu depuis quatre ans.

Samedi 25 juin, c’est avec le sourire et une grande motivation que près de 350 pandathlètes ont clôturé quatre années de mobilisation au profit d’un site d’exception sur le toit de l’Europe. Grâce à leurs efforts, les 976 athlètes ayant pris part au Pandathlon depuis quatre ans ont collecté près de 210 000 € pour la renaturation du Mont Lachat.

Après trois mois d’un chantier hors norme, la démolition des bâtiments vétustes de l’ancienne soufflerie militaire est enfin effective. Le site a été remodelé et les sols réensemencés. Une trentaine d’espèces autochtones, contre quatre à cinq habituellement, ont été semées afin de reconstituer des écosystèmes plus stables et plus diversifiés.

Le Pandathlon a ainsi permis à la Commune de Saint-Gervais et à ses partenaires de nettoyer le Col du Mont Lachat des stigmates de cette friche industrielle qui faisait consensus contre elle afin de transmettre aux générations futures un patrimoine naturel aussi riche et diversifié que celui qui était présent avant que l’homme ne s’y installe.

Reconquête de la biodiversité

LOI POUR LA RECONQUÊTE DE LA BIODIVERSITÉ, DE LA NATURE ET DES PAYSAGES

Lutter contre l’érosion de la biodiversité

Alors que l’état de la biodiversité en France ne cesse de se dégrader, l’Assemblée nationale française a définitivement adopté le projet de loi « pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages ».

Initié lors de la Conférence environnementale 2012, présenté en conseil des ministres le 26 mars 2014, le projet de loi aura été discuté pendant 4 ans pour parvenir à son adoption le 20 juillet 2016 !

40 ans après la première grande loi de protection de la nature en France, cette nouvelle loi devrait permettre d’ancrer davantage les objectifs de protection du vivant dans la culture publique et la pratique, que ce soit au niveau national ou dans les territoires.

Le WWF France a réalisé un travail de plaidoyer aux côtés d’autres ONG sur l’ensemble du processus législatif :


- Participation aux réunions de préparation du projet de loi ;
- Rencontres avec les ministres concernés (S.Royal et B.Pompili)
- Audition de nos experts par les rapporteurs des deux assemblées ;
- Rédaction de notes techniques, échanges avec les parlementaires et cabinets ministériels ;
- Plus d’une centaine d’amendements déposés suite à une action du WWF au cours des 4 lectures et 14 examens du texte.