Rapport d'Activité

2017-2018

Ensemble, nous sommes la solution

L'EDITO LE RAPPORT

INTRODUCTION

Le WWF est l’une des toutes premières organisations indépendantes de protection de l’environnement dans le monde. Avec un réseau actif dans plus de 100 pays et fort du soutien de près de 6 millions de membres, le WWF œuvre pour mettre un frein à la dégradation de l’environnement naturel de la planète et construire un avenir où les humains vivent en harmonie avec la nature, en conservant la diversité biologique mondiale, en assurant une utilisation soutenable des ressources naturelles renouvelables, et en faisant la promotion de la réduction de la pollution et du gaspillage.

Depuis 1973, le WWF France agit au quotidien afin d’offrir aux générations futures une planète vivante. Avec ses bénévoles et le soutien de ses 220 000 donateurs, le WWF France mène des actions concrètes pour sauvegarder les milieux naturels et leurs espèces,

assurer la promotion de modes de vie durables, former les décideurs, accompagner les entreprises dans la réduction de leur empreinte écologique, et éduquer les jeunes publics.

Mais pour que le changement soit acceptable, il ne peut passer que par le respect de chacune et chacun. C’est la raison pour laquelle la philosophie du WWF est fondée sur le dialogue et l’action. La navigatrice Isabelle Autissier est présidente du WWF France et Pascal Canfin en est le directeur général (janvier 2016 - janvier 2019).

Pour découvrir nos projets sur le terrain, rendez-vous sur : http://projets.wwf.fr

Ensemble, nous sommes la solution.

© 1986 Panda Symbol WWF - World Wide Fund For nature (Formerly World Wildlife Fund).
® “WWF” & “living planet” are WWF Registered Trademarks / “WWF” & “Pour une planète vivante” sont des marques déposées.

EDITO

Isabelle Autissier

Présidente du WWF France

C’est l’été. Une fois de plus, j’ai le privilège d’être en mer, vers les derniers degrés de la planète, du côté du Groenland et de l’île perdue de Jan Mayen. Une immersion dans la beauté. Les falaises et les volcans qui plongent dans la mer parsemée d’icebergs, les colonies d’oiseaux et leurs nuées de plumes, les baleines paisibles soufflant à quelques mètres du bateau, tout cela est somptueux et redonne un sens à ma petite existence humaine.
Je suis là, faisant partie intégrante de ce monde, évoluant sans le déranger avec mon sillage qui se referme.

 

Pourtant, chaque année, mon inquiétude grandit.

 

Saisons après saisons, je vois la glace se retirer, la calotte glaciaire de plus en plus noire de pollution, certaines aires de ponte d’oiseaux désertées.
En parlant avec les Inuits, qui vivent quotidiennement de cette nature, l’impression se confirme. Les déplacements d’hiver se compliquent sur la banquise instable, les animaux migrent de plus en plus au nord, la glace protège de moins en moins les villages des tempêtes. Le climat et la vie sont bouleversés.

 

De retour en France, je mesure aussi que l’été a encore été pratiquement caniculaire, que les inondations font des ravages, que 30 % de nos oiseaux ont disparu. Je sais que ce n’est pas une fatalité. L’origine de tout cela n’est pas un dieu perfide ou un phénomène naturel inexpliqué. C’est notre mode de vie, de production, de consommation, notre avidité démultipliée par notre nombre.

 

Quelque part, je trouve cela rassurant car je sais que nous avons prise, individuellement et collectivement, sur tout cela. Je vois les citoyens qui se lèvent, partout sur la planète, pour dire qu’ils veulent agir, des entreprises qui se mettent en ordre de marche, des collectivités qui s’organisent.

 

Pas assez, pas assez vite et c’est là que le WWF peut intervenir pour accélérer les dynamiques et créer des effets de levier vers des pratiques qui sont à la fois plus responsables et plus agréables.

 

Car surconsommer, gaspiller et détruire ne nous a pas rendus plus heureux.

 

La situation n’est pas totalement manichéenne. Il n’y a pas d’un côté le coup de baguette magique et de l’autre l’effondrement, mais chaque centième de degré qui ne montera pas, chaque espèce qui survivra, participera à nous garder en bonne santé et dans des sociétés apaisées. C’est le sens de mon combat, de celui du WWF et de vous tous, qui nous portez et agissez à nos côtés.

 

Alors merci, sincèrement merci. Ensemble, continuons fraternellement à défendre la vie sur cette belle planète.

Pascal Canfin

Directeur général du WWF France (janvier 2016 - janvier 2019)

Entre juillet 2017 et juin 2018, période couverte par ce rapport d’activité, le WWF France a démultiplié les fronts de plaidoyer pour faire en sorte que la présence de Nicolas Hulot au gouvernement soit la plus impactante possible.
Notre stratégie d’influence a porté ses fruits sur plusieurs sujets : hausse de l’ambition climatique de la France, qui se fixe un objectif de neutralité carbone en 2050 ; sortie accélérée du glyphosate; introduction du climat et de la biodiversité à l’article 1er de la Constitution dans le cadre de la réforme constitutionnelle votée à l’Assemblée nationale ; réintroduction de l’ours dans les Pyrénées-Orientales, etc.

 

Mais dans de nombreux dossiers, ces victoires restent encore à confirmer par des décisions concrètes. C’est le cas, notamment, pour le projet de mine d’or en Guyane, dit Montagne d’or, contre lequel le WWF France a engagé une campagne d’envergure qui a déjà commencé à modifier la donne.
Cette mine géante à ciel ouvert, la plus grande de France, en pleine Amazonie française, est devenue le symbole d’un mode de développement dépassé et fédère, contre elle, de plus en plus d’acteurs. Sept Guyanais sur dix y sont d’ailleurs opposés.

 

Le WWF France poursuivra donc sa campagne jusqu’à obtenir l’abandon de ce projet minier, incompatible avec les engagements de la France à protéger la biodiversité et contraire aux intérêts de développement économique de la Guyane, comme l’ont montré les rapports que nous avons publiés.

 

Sur la période, nous avons également poursuivi notre stratégie d’innovation avec le développement de notre application WAG, officiellement lancée en novembre 2018. Des investissements dans de nouveaux outils nous ont permis de réduire nos coûts de collecte et de dégager ainsi davantage de moyens pour nos actions. Des partenariats innovants ont porté leurs fruits, comme celui noué avec le comité Paris 2024, qui a débouché sur un dossier de candidature aligné avec l’accord de Paris sur le climat.

 

Enfin, les équipes du WWF France se sont installées dans leur nouveau siège, au Pré-Saint-Gervais.
Le bâtiment, labélisé Haute Qualité Environnement niveau excellent, nous permet d’accueillir des salariés toujours plus nombreux grâce au développement de l’ensemble des sources de financement de la Fondation (legs, donateurs, mécénats transformationnels avec les entreprises, bailleurs publics français et européens…).

 

Le WWF France a donc continué de déployer sa stratégie basée sur les trois missions clés du WWF partout dans le monde : alerter sur la gravité de la crise environnementale, protéger sur le terrain les espaces et les espèces et transformer les marchés, les politiques publiques et les comportements des consommateurs.

 

Dans un contexte d’accélération du dérèglement climatique et de disparition du vivant sur notre planète à un rythme jusqu’à 1000 fois supérieur à la moyenne historique, ces missions sont chaque jour plus indispensables. Et nous savons que nous pouvons compter sur votre soutien pour les mener à bien.

L'effet Panda

Le WWF mène des actions de conservation sur le long terme, dont les effets se mesurent dans la durée. Parce que notre travail n'est jamais vraiment terminé, on peut parfois oublier de célébrer nos victoires. Pourtant, quel que soit le projet, chaque avancée, même infime, demeure essentielle. L'effet Panda, c'est donc ce moment suspendu où l'on s'attarde sur une bonne nouvelle, un succès, un répit, pour mieux reprendre le combat.

Vers la fin de l’exploration pétrolière au Belize ?

Le gouvernement du Belize vient d’annoncer la mise en œuvre d’un moratoire permanent qui suspend toute activité d’exploration pétrolière. Le WWF, qui s’est largement mobilisé sur le sujet via sa campagne Ensemble, protégeons notre patrimoine commun, se réjouit de cette décision.

Effectifs en légère hausse chez les grands singes

Selon le dernier recensement de leurs populations, les chimpanzés et les gorilles des plaines d’Afrique équatoriale occidentale seraient un peu plus nombreux que prévu !

300 entreprises s'engagent pour le climat

A peine plus de 2 ans après son lancement, 300 entreprises ont déjà rejoint l’initiative Science Based Targets, s’engageant publiquement à réduire leurs émissions de gaz à effet de serre afin de maintenir le réchauffement climatique bien en dessous des 2°C.

VOIR TOUS LES ARTICLES